Chine : la mode du tang ping : «s’allonger pour devenir riche !» Sans rien faire…

Sans rien faire… Vous n’avez pas encore entendu parler du tang ping ? C’est pourtant la nouvelle tendance en Chine qui fait de plus en plus d’adeptes ! Le concept ? Rejeter la société de consommation et le travail comme valeurs premières pour mieux profiter de la vie et de soi ! Tout un programme en soit surtout dans un pays où tout est contrôlé et où la course à la performance reste une finalité.

Un jeune récemment converti à cette philosophie de vie résume sur le très influent réseau social Douban l’objectif qu’il recherche et qu’il pense avoir atteint par le tang ping : «La bénédiction viendra, et je m’allongerai à partir de maintenant, jusqu’à ma mort. Je ne me marierai pas, je n’achèterai pas de maison, je n’aurai pas d’enfants. Je n’achèterai pas de sac, je ne porterai pas de montre. Je serai oisif, travaillerai un jour et jouerai trois jours

tang ping peut se traduire par « indolence volontaire » mais aussi plus littéralement par le fait de « rester allongé ». L’Etat, cependant veille, surveille le développement de cette tendance et n’hésite pas à fermer des réseaux sociaux qui lui accordent trop d’importance…

C’est sur Tieba, une autre plate-forme populaire en Chine, que ce phénomène est parti suite au témoignage d’une personne qui est au chômage depuis deux ans et qui a fait l’apologie de sa propre paresse ! : « M’allonger, c’est mon acte de sagesse. C’est seulement en s’allongeant que l’homme peut prendre la mesure de toute chose. »

Le credo du tang ping devient alors viral, bien relayé par le très influent et tout autant surveillé Douban…

Récemment, la plate forme Weibo a publié un sondage mené entre le 28 mai et le 3 juin. Sur les 241 000 participants, il apparait que 61 % d’entre eux se disent prêts à adopter la « lying flat attitude ».

Il est vrai que la vie d’un jeune chinois n’est pas toujours des plus faciles. Ou des plus enviées… Le salaire moyen des jeunes dépassent rarement les 800 euros. Le schéma du « 996 », travailler de neuf heures du matin à neuf heures du soir, six jours par semaine, ne fait plus autant d’émules…

« La paresse ? Le baume des angoisses humaines… »

Ces adeptes du tang ping s’inspirent des pensées de marxistes et citent volontiers Paul Lafargue, gendre de Marx. Dans Le Droit à la paresse (1883), il définissait la paresse comme étant la « mère des arts et des vertus » et « le baume des angoisses humaines ». La presse, obligée cependant de constater le phénomène, s’interroge : « Qu’est-ce qui ne va pas chez ces gens ? (…) Les jeunes doivent avoir confiance dans l’avenir (…) Dans ce pays, il est toujours possible de se réaliser et de s’accomplir si l’on est suffisamment assidu. »

Une cryptomonnaie du nom de « tangping » a même vu le jour. Le slogan ? « S’allonger pour être riche.»

Mais gare aux effets des cryptomonnaies surtout en Chine qui fait tout pour tuer le bitcoin

A lire aussi : La Chine pousse aux naissances !

#chine, #bitcoin, #tangping

Découvrez la 16 ème newsletter de La Revue pour l’Intelligence du monde : https://mailchi.mp/5097bcf485aa/newsletter-5533096

Pour vous inscrire à la newsletter : contact@larevue.info
Pour vous abonner à La Revue pour l’Intelligence du Monde : https://www.laboutiquejeuneafrique.com/…/categories/1539

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*