Chine : 100 ans du PCC. Démonstration de force et menaces…

«Le temps où le peuple chinois pouvait être foulé aux pieds, où il souffrait et était opprimé est à jamais révolu » : ainsi s’est exprimé Xi Jinping ce mercredi 30 juin, alors qu’il célébrait les 100 ans du Parti communiste chinois.

Xi Jinping -qui prépare son maintien au pouvoir pour un troisième mandat inédit en 2022- n’a pas manqué de mots pour faire l’éloge du Parti communiste chinois (PCC) qui a permis « l’augmentation du niveau de vie et restauré la fierté nationale. » Troisième fait mis en avant : la gestion de la crise sanitaire du Covid-19. – plus de 1,2 milliard de chinois sont vaccinés à ce jour . «Le PCC et le peuple chinois déclarent solennellement au monde ceci : le peuple chinois s’est levé. La grande renaissance de la nation chinoise est entrée dans un processus historique irréversible (…) Seul le socialisme a pu sauver la Chine. Seul le socialisme aux caractéristiques chinoises a pu développer la Chine. Le grand renouveau de la nation chinoise est entré dans une phase historique irréversible».

Le PCC avait été fondé par une poignée de militants en juillet 1921 à Shanghai sous la gouverne de Moscou. Il dirige depuis et sans partage la deuxième puissance mondiale qui entend bien devenir la première nation mondiale. 100 coups de canon ont été tirés à Pékin pour marquer le centenaire. Un impressionnant défilé militaire a également été organisé. Fait à signaler : aucun jour férié n’avait été décrété, comme on aurait été droit de l’attendre, pour fêter l’événement.

Wu Qiang, ex-professeur de science politique à la prestigieuse Université Tsinghua de Pékin, démis en 2015, observe : «L’anniversaire est une façon de célébrer le fait que la Chine a échappé au sort des partis communistes d’Europe de l’Est et d’Union soviétique, qui se sont effondrés après la Guerre froide (…) Le PCC cherche à lier sa survie à celle de la Chine et du peuple chinois, afin d’établir sa légitimité historique au profit des futurs dirigeants.»

Le PCC est connu aussi pour sa censure et ses contrôles impitoyables dans tous les domaines de la vie publique, économique et culturelle. Ainsi, les milliers de personnes qui ont assisté aux festivités place Tiananmen n’ont pas été autorisées à avoir un téléphone portable…

La presse soutient, comme on peut l’imaginer le PCC. Pour le quotidien nationaliste Global Times, «cette grande réussite de la lutte contre la pandémie, qui éclipse bon nombre de pays dont les États-Unis, vaut au PCC un soutien au zénith de la part des Chinois ».

« La grande muraille de fer forgée par plus de 1,4 milliard de Chinois… »

A l’étranger, les critiques sont plus nombreuses et directes. Notamment aux Etats-Unis. Comme le rappelle France Culture : « l’administration Biden dénonce un Parti communiste « génocidaire » au Xinjiang, qui anéantit la démocratie à Hong Kong et impose un contrôle social liberticide des citoyens via les nouvelles technologies… »

Xi Jinping, lui, a clairement prévenu à l’occasion des 100 ans du PCC : ‘toute puissance étrangère qui chercherait à harceler la Chine se retrouverait «ensanglanté (…) contre la Grande muraille de fer forgée par plus de 1,4 milliard de Chinois »

Le PCC a encore de « belles heures » devant lui…

#pcc, #chine, #XiJinping, #biden,

Aidez La Revue à continuer à vivre

Découvrez la 17 ème newsletter de La Revue pour l’Intelligence du monde : https://mailchi.mp/2a72ad42aa84/newsletter-5553636

Pour vous inscrire à la newsletter : contact@larevue.info
Pour vous abonner à La Revue pour l’Intelligence du Monde : https://www.laboutiquejeuneafrique.com/…/categories/1539

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*