Warning: Unexpected character in input: '\' (ASCII=92) state=1 in /home/gtajeune/www/libraries/gantry/core/utilities/gantryregistry.class.php on line 326

Warning: Unexpected character in input: '\' (ASCII=92) state=1 in /home/gtajeune/www/libraries/gantry/core/utilities/gantryregistry.class.php on line 339
Considérations sur la capacité des Français découvrant le pot aux roses, à rejeter, et le pot et les roses (à la façon des Lettres Persanes)

Considérations sur la capacité des Français découvrant le pot aux roses, à rejeter, et le pot et les roses (à la façon des Lettres Persanes)

Submit to FacebookSubmit to Google BookmarksSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

De Usbek à Rhédi,

Depuis que je suis en Europe, mon cher Rhédi, j'ai observé bien des gouvernements. Ce n’est pas comme en Orient, où les règles de la politique se trouvent partout être les mêmes. J’ai observé quel était le gouvernement le plus conforme à la raison. Il m’a semblé que le meilleur est celui qui va à son but à moins de frais ; de sorte que celui qui conduit les hommes de la manière qui convient le plus à leur penchant et à leur inclination est le plus parfait.

Celui qui semblait le plus apte à satisfaire ces principes en vue de l'élection du Grand Shah, lui-même ancien vizir ayant reçu l'onction populaire, doit faire face à un soudain tumulte. Soupçonné d'avoir mis au pot commun des deniers publics au profit de sa femme - qui jurait ses grands dieux n'être jamais sortie du sérail - il risque fort d'être disqualifié dans la course aux honneurs. L’impunité trop longtemps accordée aux politiques, confirme le désordre, et le rend plus grand encore. Or, l'histoire de ce pays nous apprend qu'il n’y a jamais beaucoup d’intervalle entre le murmure et la sédition, lorsque est découvert le pot aux roses.

Lorsqu’Osman, empereur des Turcs, fut déposé, aucun de ceux qui commirent cet attentat ne songeait à le commettre : ils demandaient seulement en suppliant qu’on leur fit justice sur quelque grief : une voix, qu’on n’a jamais connue, sortit de la foule par hasard ; le nom de Mustapha fut prononcé, et soudain Mustapha fut empereur. C'est le destin auquel se prépare un béjaune avenant, appelé Macron, dont les ambitions ne risquent guère d'être entravées par les partisans des idées de progrès, tant ils sont divisés et paraissent incapables de s'entendre, bien que deux d'entre eux, autrefois réunis sous l'emblème de la rose, déjeunassent ensemble ces jours derniers pour mettre en harmonie leur projet.

La table comme arme politique ou diplomatique fut employée par tous les régimes. C'est une fatalité française. On a retenu le mot fameux de Talleyrand, s'adressant à Louis XVIII avant de partir pour le Congrès de Vienne : " Sire, j'ai plus besoin de casseroles que d'instructions écrites ! " Louis-Philippe décidait lui-même la composition des menus ; il introduisit la juxtaposition des potages clairs et des potages liés, condamnait la répétition des garnitures et faisait alterner les viandes.

Mais il n'eut guère de chance : c'est la campagne des banquets républicains - organisés par l'opposition - qui eut raison de la monarchie de Juillet. Le 22 février 1848 au matin, les étudiants se rassemblèrent au Panthéon. Tout près de là, rue Racine, chefs et marmitons siégeaient aux Cuisiniers réunis, groupement professionnel que le caricaturiste Daumier baptisa du sobriquet de « saucialiste ». Deux jours plus tard, la seconde République était proclamée. L'actuel Grand Shah a sans doute médité ces évènements tragiques, en dégustant un turbot sauce hollandaise, qui le firent renoncer à briguer sa propre succession. Peut-être a-t-il été influencé aussi, en son sérail, par la jolie Julie Gayet, héroïne au cinéma, de La turbulence des fluides (2002) et de La Confusion des genres (2000).

La table, parfois, eut aussi une influence directe sur les institutions. Le premier président de la IIIe République, Adolphe Thiers (de 1871 à 1873) avait été élu « chef du pouvoir exécutif de la République française », un titre qu'il n'aimait pas : « Avec chef, disait-il, on va me prendre pour le cuisinier ! » C'est ainsi, quelques mois plus tard, que le terme président prévalut dans la Constitution, sur celui de chef !

En France, les grands événements ne sont préparés que par de justes causes ; mais le moindre accident peut aussi produire une révolution aussi imprévue que soudaine. La gastronomie, selon moi, est le puissant révélateur des pulsions d'un peuple. Je ne crains rien cependant, pour un pays dont l'usage de passer à table est si envié par tous les autres qu'ils l'ont inscrit au patrimoine culturel de l'humanité.

De Paris, le 2 de la lune de Rebiab

Traduit du Persan par Jean-Claude Ribaut

 * Les Lettres persanes sont un roman épistolaire rassemblant la correspondance fictive échangée entre deux voyageurs persans, Usbek et Rica, et leurs amis restés en Perse. Publié anonymement par Montesquieu en 1721.

 

 

Ajouter un Commentaire


La Revue

Dossier du mois

La Revue sur FaceBook