Routes de la soie : l’argent chinois se fait plus rare !

1 000 milliards de dollars : c’est la somme que le président chinois Xi Jinping – qui vient de fêter les 100 ans de PCC- avait promis d’investir en 2013 principalement dans les infrastructures des pays en développement en lançant son ambitieux programme « Sur les nouvelles routes de la Soie » – belt and road initiative (BRI)- L’amb.

Soit sept fois la somme investie par les États-Unis dans le plan Marshall après la Seconde Guerre mondiale !

Le projet doit associer en théorie quelque 70 pays censés investir de concert, mais beaucoup de chantiers sont en réalité financés par des institutions chinoises.

Les mois passent, l’argent chinois est toujours là mais il se fait de plus en plus rare !

En Afrique, les prêts des banques chinoises aux multiples projets ciblés dans l’énergie et les transports y ont chuté de 11 milliards de dollars en 2017 à 3,3 milliards en 2020, selon une étude récente du cabinet Baker McKenzie.

Les raisons sont multiples comme le résume Le Figaro : « Soit l’argent chinois n’arrive pas, soit le pays d’accueil ne parvient pas à financer sa part du projet, lequel est souvent démesuré et pas toujours écologique. »

Ainsi le Nigéria  cherche désespérément 1 milliard de dollars pour construire un gazoduc de 615 km évalué à 2,8 milliards de dollars au centre du pays. La Bank of China qui avait promis des fonds est aux abonnée absente.

Nombre de pays peinent à pouvoir rembourser leurs participations à ces projets. Au Monténégro, l’autoroute financé à hauteur d’1 milliard par Pékin n’a pas dépassé les 41 kilomètres de construction ! Il mène nulle part !

La Malaisie avait annulé une ligne ferroviaire à 20 milliards de dollars, que les finances d’un pays déjà endetté de 250 milliards, ne permettaient pas sérieusement de suivre.

Le Fonds monétaire international (FMI) a déjà tiré la sonnette d’alarme : « ces partenariats peuvent conduire à un accroissement problématique de l’endettement, limitant les autres dépenses quand les frais liés à la dette augmentent.»

Pour le même Fonds monétaire international, la moitié des pays pauvres et émergents risquent de connaître – ou connaissent déjà – une crise de la dette aggravée, de surcroit, par la pandémie sanitaire.
Du coup, les investisseurs chinois tentent de récupérer différemment leurs mises : au Sri Lanka, Pékin a pris le contrôle du port de Hambantota avec une concession de 99 ans, faute d’avoir pu se faire payer. Le Laos, pour les mêmes raisons a dû céder le contrôle de sa compagnie d’électricité à l’entreprise publique chinoise China Southern Power Grid.

Récemment l’Australie a jeté un grand froid sur un plan diplomatique affirmant par le ministre australien de la Défense Peter Dutton que nombre de ces financements étaient « utilisés à des fins de propagande ».

La route de la soie imaginée par Pékin pour développer le commerce entre l’Asie, l’Europe et l’Afrique  sera, sans doute beaucoup plus compliquée à mettre en place que certains ne l’ont imaginé…

#routedelasoie, #afrique, #Chine

A lire : Les archives de La Revue pour l’intelligence du monde. Les 2 000 ans de la vraie route de la soie

Découvrez la 18 ème newsletter de La Revue pour l’Intelligence du monde : https://mailchi.mp/a3f492e9fec0/newsletter-5557024

Emission spéciale RFI-La Revue en hommage à Béchir Ben Yahmed.  Avec les participations de Lakhdar Brahimi (diplomate et homme politique algérien), François Soudan (directeur de la rédaction de Jeune Afrique), Joséphine Dedet (rédactrice en chef adjointe de Jeune Afrique) et Jean-Louis Gouraud (conseiller éditorial de La Revue). 
Découvrez la 18 ème newsletter de La Revue pour l’Intelligence du monde : https://mailchi.mp/a3f492e9fec0/newsletter-5557024
Pour vous inscrire à la newsletter : contact@larevue.info

Pour vous inscrire à la newsletter : contact@larevue.info

Pour vous abonner à La Revue pour l’Intelligence du Monde :
https://www.laboutiquejeuneafrique.com/…/categories/1539

Pour vous abonner à La Revue pour l’Intelligence du Monde :

Aidez La Revue à continuer à vivre :https://www.larevue.info/frederic-mitterrand-et-la-suite…/

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*