Michel Onfray : ouvertement athée mais favorable à la messe en latin !

Le philosophe Michel Onfray ne s’en cache pas : il est athée. En revanche, il s’intéresse aux religions et il déplore la décision du pape François de restreindre la messe en latin !Dans une tribune très remarquée au Figaro, il s’exprime ainsi :

«Je suis athée, on le sait, mais la vie de l’Église catholique m’intéresse parce qu’elle donne le pouls de notre civilisation judéo-chrétienne bien mal en point. Car si Dieu n’est pas de mon monde, mon monde est celui qu’a rendu possible le Dieu des chrétiens.»

– Le christianisme a façonné une civilisation qui est la mienne et dont j’estime que je peux l’aimer (…) Je me bats pour elle. »

Et Michel Onfray de défendre avec la foi d’un croyant traditionnel la messe en latin : «elle est le patrimoine du temps généalogique de notre civilisation. Elle hérite historiquement et spirituellement d’un long lignage sacré de rituels, de célébrations, de prières, le tout cristallisé dans une forme qui offre un spectacle total – un Gesamtkunstwerk, pour utiliser un mot qui relève de l’esthétique romantique allemande.»

Michel Onfray prouve qu’un non croyant peut ainsi aussi s’intéresser aux grandes décisions que prennent les papes sur un tel sujet. Ainsi il se sent beaucoup plus proche du Benoit XVI – qui élu en 2005 s’était retiré en 2013- que du pape François qui a « abrogé, disons-le dans un terme profane, la décision prise par Benoit XVI de permettre la messe en latin, dite messe Tridentine, pour ceux qui le souhaitent. Dans Summorum pontificum, Benoît XVI libéralisait la messe dite de Pie V. Dans Traditionis custodes, François efface cette libéralité. Benoît XVI voulait dépasser le schisme avec les traditionalistes, François va le restaurer en prétextant bien sûr, jésuite un jour, jésuite toujours, qu’il entend de cette façon réunir ce qu’il sépare. Les vocations chutent avec Vatican II. Mais les religieux qui conservent le rite latin ne connaissent pas la désaffection, mieux, ils remplissent les séminaires. Le pape François préfère les églises vides avec ses thèses que pleines avec celles de Benoît XVI

Ce dernier, qui est âgé de 94 ans, mène une vie de silence et de prière, retiré dans le monastère Mater Ecclesiae ne doit pas être insensible à ce débat lancé par un athée que l’on attendait sur d’autres sujets…

On notera la conclusion très énigmatique, comme il le reconnait lui même, de Michel Onfray : « Disons-le de façon énigmatique, le pape François fait bien ce pour quoi il est là où il se trouve… Ajoutons d’une façon tout aussi énigmatique, mais pas tant que ça, qu’on se demande pourquoi nous vivons dans une époque avec deux papes.»

#messelatin, #christianisme, #papefrançois, #benoitXVI, #michelonfray

Emission spéciale RFI-La Revue en hommage à Béchir Ben Yahmed.  Avec les participations de Lakhdar Brahimi (diplomate et homme politique algérien), François Soudan (directeur de la rédaction de Jeune Afrique), Joséphine Dedet (rédactrice en chef adjointe de Jeune Afrique) et Jean-Louis Gouraud (conseiller éditorial de La Revue). 
Découvrez la 18 ème newsletter de La Revue pour l’Intelligence du monde : https://mailchi.mp/a3f492e9fec0/newsletter-5557024

Pour vous inscrire à la newsletter : contact@larevue.info
Pour vous abonner à La Revue pour l’Intelligence du Monde : https://www.laboutiquejeuneafrique.com/…/categories/1539

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*