Jack Dorsey : les règles d’or du big boss de Twitter

Jack Dorsey est le co-fondeur de Twitter ( 2006) dont il est devenu président en 2008. – Il avait acheté avec ses co-fondateurs, Evan Williams et Biz Stone, le nom de domaine pour environ 7 000 $.- En 2011, il réalise l’interview de Barack Obama dans le premier Town Hall Twitter qui ne devait pas dépasser les 140 signes de l’époque…En 2015, on lui doit la création d’un autre succès du digital, Square.

Jack Dorsey qui a développé à 15 ans son premier logiciel et un autodidacte : il n’est pas plus resté longtemps à la Missouri University of Science and Technology qu’à l’Université de New York.… Il a vite réalisé qu’en quelques minutes des codes lui permettaient de changer le monde… Ainé de trois garçons, son enfance est classique dans l’Amérique profonde à Saint-Louis. Son père était technicien dans une usine de spectromètres, sa mère tenait un coffee-shop. En 1984, ils achètent un Macintosh. Jack qui a appris tout seul la programmation dès l’âge de 13 ans rêve d’inventer une messagerie électronique novatrice, ce qu’il réalise en 2000. Mais face au peu d’intérêt rencontré, il met le projet en veille sans jamais y renoncer. Il rêvait de de devenir peintre pour « inventer le monde tel qu’il devrait être».

La suite on la connait, il contribuera à changer le monde d’une autre manière, à sa manière…

Jack Dorsey croit tellement à la valeur de ses sociétés qu’il ne se fait payer qu’1,40 dollar par an pour son poste de PDG « pour témoigner de mon engagement et de ma foi dans le potentiel de création de valeur à long terme de Twitter » Comme Elon Musk, son salaire est donc basé sur des primes qui sont débloquées lorsque les objectifs sont atteints. Twitter a été introduit en bourse en 2013, et Jack Dorsey est bien devenu milliardaire cette année là. Un an plus tard Forbes a estimé la valeur nette de la fortune de Jack Dorsey à 2,2 milliards de dollars. Jack Dorsey pèserait aujourd’hui environ 12,4 milliards de dollars.

Il est un fervent défenseur du Bitcoin.

Un seul repas par jour…

Jack Dorsey est un fan du jeûne. Il ne mangerait qu’une seule fois par jour. « La première fois j’étais dans un état bizarre. Mais quand je l’ai fait les deux fois suivantes, je me suis rendu compte à quel point nos journées sont centrées sur les repas — l’expérience que j’ai vécue quand je jeûnais pendant bien plus longtemps, c’est que le temps ralentissait vraiment « , dit-il.

Adepte des bains de glace qu’il prend régulièrement, il suit des cours de dessin et pratique le yoga. Il est masseur agréé ! A 30 ans, pour être plus sérieux, ce patron à la réputation rock se fait enlever un piercing au nez qu’il vient se refaire poser. Il l’assume autant que sa barbe !

Jack Dorsey a trois autres règles d’or : 1/ Il planifie des journées à thème : « La méthode qui fonctionne pour moi consiste à organiser mes journées en fonction de thèmes précis. Le lundi, dans les deux entreprises, je me concentre sur le management et la gestion de l’entreprise… Le mardi est consacré au produit. Le mercredi se concentre sur le marketing, la communication et la croissance. Le jeudi est consacré aux développeurs et aux partenariats. Le vendredi est consacré à l’entreprise, à la culture et au recrutement. Samedi, je pars en randonnée. Le dimanche, c’est la réflexion, le feedback, la stratégie et la préparation de la semaine.»-

2e règle d’or : la réflexion »Le meilleur moment pour réfléchir, c’est quand on marche. Cela peut sembler improductif, mais ce n’est pas le cas, car cela vous permet de creuser en profondeur tout ce que vous avez à faire, d’analyser le pour et le contre, et de créer des scénarios possibles avec leur résultats, ce qui vous aide à prendre des décisions plus intelligentes.« 

« La contrainte inspire la créativité »

– 3e règle d’or : établir des listes et s’y tenir : Entre autres choses, Jack Dorsey établit souvent des listes de ce qu’il faut faire et veille à ce qu’elles soient bien exécutées : «cela donne un bon sens des priorités, permet de cibler des questions urgentes, et même des stratégies qui aident à créer une meilleure relation avec son équipe, afin qu’il puisse être sûr que tout le monde est à la page et travaille vers le même objectif. »

Et d’en être convaincu : «La contrainte inspire la créativité ».

En 2013, Jack Dorsey – qui n’a pas hésité à fermer en 2020, le compte de Donald Trump que son réseau social avait largement contribué à faire élire Président- a déclaré qu’il se verrait bien briguer un jour la mairie de New York.

Pour ses proches, «il a un côté caméléon. On a du mal à comprendre quelles sont ses convictions. ».

Et Jack Dorsey d’assumer : « Je suis super super-bizarre ». Mais terriblement de son époque…

#twitter, #jackdorsey, #square, #bitcoin

Emission spéciale RFI-La Revue en hommage à Béchir Ben Yahmed.  Avec les participations de Lakhdar Brahimi (diplomate et homme politique algérien), François Soudan (directeur de la rédaction de Jeune Afrique), Joséphine Dedet (rédactrice en chef adjointe de Jeune Afrique) et Jean-Louis Gouraud (conseiller éditorial de La Revue). 
Découvrez la 18 ème newsletter de La Revue pour l’Intelligence du monde : https://mailchi.mp/a3f492e9fec0/newsletter-5557024

Pour vous inscrire à la newsletter : contact@larevue.info
Pour vous abonner à La Revue pour l’Intelligence du Monde : https://www.laboutiquejeuneafrique.com/…/categories/1539
Aidez La Revue à continuer à vivre :https://www.larevue.info/frederic-mitterrand-et-la-suite…

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*