Florian Zeller : « deux Oscars, je ne pouvais rêver mieux !

Autant les Cesar ont laissé une image bien triste du cinéma français – autant les Oscars ont été une démonstration d’une belle soirée réussie.Et un français, Florian Zeller, 41 ans, a été à l’honneur.

Il a été récompensé par l’oscar du «meilleur scénario adapté» pour le film «The Father» qu’il a également réalisé. Il s’agit d’une adaptation de sa pièce Le Père interprétée pendant 350 fois par Robert Hirsch. Anthony Hopkins a reçu l’oscar du meilleur acteur pour cette interprétation dans ce film qui retrace l’histoire de fin de vie d’un vieil homme qui sombre dans la démence. Une histoire inspirée par la grand-mère de Florian Zeller, dont il était très proche et qui a commencé à souffrir de démence lorsqu’il avait 15 ans.

Le français a reçu son prix en direct via satellite depuis Paris. Il a indiqué avoir « écrit ce scénario pour Anthony Hopkins, le plus grand acteur vivant. Le désir de faire ce film, je ne le distingue pas du désir de le faire avec lui. Partager cette joie avec lui c’est d’autant plus fort pour moi. (…) J’étais déjà extrêmement honoré d’avoir six nominations, avoir deux Oscars, je ne pouvais pas rêver mieux. Je n’ai pas vraiment réalisé encore, mais je suis très heureux« .

Comme attendu, Nomadland a été plébiscité lors de cette cérémonie des Oscars. Chloé Zhao est devenue la première femme non blanche à recevoir l’oscar du meilleur réalisateur pour ce film sur des Américains âgés vivant sur les routes après avoir tout perdu lors de la crise financière. Ce film a permis à Frances McDormand de décrocher l’oscar de la meilleure actrice.

Cette cérémonie a permis également de mettre à l’honneur deux autres français : Nicolas Becker a reçu l’oscar du meilleur son sur Sound of Metal, qui dépeint un batteur de heavy metal perdant l’audition. Le documentaire Colette, consacrée à une Colette Marin-Catherine, une femme de 90 ans qui fut membre de la Résistance sous l’occupation nazie a également triomphé dans sa catégorie, meilleur court métrage documentaire.

Le Danois Thomas Vinterberg, réalisateur de « Drunk », a reçu l’Oscar du meilleur film étranger.

On retiendra aussi la grande diversité reflétée par le palmarès. L’acteur noir américain Dwayne Barnes (Menace II Society), dans un éditorial sur le site spécialisé Deadline  constate : «Je pense que ces Oscars resteront dans les mémoires comme ceux où les changements introduits voici six ans, dans la foulée de #OscarsSoWhite, ont tenu promesse».

The Father devrait sortir en France comme l’a indiqué Florian Zeller dès que les conditions sanitaires le permettront : « Si les salles rouvrent mi-mai, le film sortira presque tout de suite, début juin ou mi-juin. Aussitôt que ça sera possible, on a tous envie de partager ce film avec le public« .

Voici le palmarès complet de la soirée :

Meilleur film : Nomadland, de Chloé Zhao

Meilleure réalisation : Chloé Zhao pour Nomadland

Meilleur acteur : Anthony Hopkins dans The Father

Meilleur actrice : Frances McDormand dans Nomadland

Meilleur acteur dans un second rôle : Daniel Kaluuya dans Judas and the Black Messiah

Meilleur actrice dans un second rôle : Youn Yuh-jung dans Minari•

Meilleur scénario original : Emerald Fennell pour Promising Young Woman

Meilleur scénario adapté : Christopher Hampton et Florian Zeller pour The Father, d’après la pièce de théâtre éponyme écrite par Florian Zelle

Meilleurs décors et direction artistique : Mank de David Fincher

Meilleurs costumes : Le Blues de Ma Rainey de George C. Wolfe

Meilleurs maquillages et coiffures : Le Blues de Ma Rainey de George C. Wolfe• Meilleure photographie : Mank de David Fincher

Meilleur montage : Sound of Metal de Darius Marder

Meilleur son : Sound of Metal de Darius Marder• Meilleurs effets visuels : Tenet de Christopher Nolan

Meilleure chanson originale : Fight For You dans Judas and the Black Messiah, par H.E.R., Dernst Emile II et Tiara Thomas

Meilleure musique de film : Trent Reznor, Atticus Ross et Jon Batiste pour Soul• Meilleur film international : Drunk, de Thomas Vinterberg

Meilleur film d’animation : Soul, de Pete Docter et Dana Murray

Meilleur documentaire : La Sagesse de la pieuvre de Pippa Ehrlich, James Reed et Craig Foster

Meilleur court métrage de fiction : Two distant strangers de Travon Free et Martin Desmond Roe

Meilleur court métrage d’animation : If Anything Happens I Love You de Will McCormack et Michael Govier

Meilleur court métrage documentaire : Colette de Anthony Giacchino et Alice Doyard

#oscars, #florianzeller, #Nomadland, #anthonyhopkins

Ne ratez pas le prochain numéro de la Revue :

Le prochain numéro de La Revue pour l’intelligence du monde sort le 30 avril. Edgar Morin qui fêtera ses 100 ans le 8 juillet prochain est en couverture.

Découvrez la 12 ème newsletter de La Revue pour l’Intelligence du monde :https://mailchi.mp/3e477f7c0938/newsletter-5339584.

Pour vous inscrire à la newsletter : contact@larevue.
Pour vous abonner à La Revue pour l’Intelligence du Monde : https://www.laboutiquejeuneafrique.com/…/categories/1539


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*