Warning: Unexpected character in input: '\' (ASCII=92) state=1 in /home/gtajeune/www/libraries/gantry/core/utilities/gantryregistry.class.php on line 326

Warning: Unexpected character in input: '\' (ASCII=92) state=1 in /home/gtajeune/www/libraries/gantry/core/utilities/gantryregistry.class.php on line 339
Tante Yvonne en examen ?

Tante Yvonne en examen ?

Submit to FacebookSubmit to Google BookmarksSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

François Fillon avait raison de le souligner : il est difficile d’imaginer le général de Gaulle mis en examen. Et, je crois, tout aussi difficile d’imaginer « Tante Yvonne » devant s’expliquer devant des juges. C’est pourtant ce qui arrive à Pénélope Fillon. C’est pourquoi j’espère qu’elle ne sera jamais « première dame de France ».

Penelope Fillon a déclaré au Sunday Telegraph, en 2007, qu'elle n'avait jamais été assistante de son époux « ou quoi que ce soit de ce genre »… alors qu'elle avait déjà touché plus de 200000 euros comme assistante parlementaire de son député de mari. Certes, tout le monde peut se tromper, chacun peut avoir des « oublis » et un simple mensonge ne vaut pas obligatoirement condamnation. Après tout, une déclaration à un journal, fût-il britannique, n’est pas un témoignage en justice. Comme, par ailleurs, la loi ne prévoit pas de contrôle de l’efficacité du travail des assistants parlementaires, il n’est pas exclu que le travail de Penelope ne soit jamais officiellement considéré comme fictif et que l’enquête préliminaire débouche sur un non-lieu.

Mais il y a plus « prouvable » sinon plus grave: Penelope a parfois travaillé avec deux pleins-temps simultanés, ce qui est formellement interdit par le droit du travail. Donc condamnable. Etait-elle au courant ? Ce n’est pas du tout certain, mais sans grande importance pour la France sinon pour elle, car la perspective de non-lieu pour la famille Fillon s’éloigne. Même si la justice devait blanchir Penelope, François, Marie et les autres… le mal est fait. Vis-à-vis de l’étranger il n’est pas possible d’envisager qu’un homme ressenti comme aussi peu exemplaire que François Fillon puisse représenter la France.

Certes, la présomption d’innocence est une nécessité de la vie démocratique et elle doit s’appliquer aussi aux hommes politiques… sauf s’ils sont candidats à la magistrature suprême. Pour moi, il n’est pas possible prendre des risques avec la respectabilité du président de mon pays.

J’aimerais que les représentants d’un parti qui a quelque peu tendance à s’approprier l’héritage du président de Gaulle en prennent conscience rapidement.



 

Ajouter un Commentaire


La Revue

Dossier du mois

La Revue sur FaceBook